Droits des personnes malentendantes au travail : Comprendre et agir pour une meilleure inclusion

Les personnes malentendantes rencontrent souvent des obstacles dans leur parcours professionnel. Pourtant, la loi protège leurs droits et prévoit des mesures pour favoriser leur insertion dans le monde du travail. Cet article vous présente un état des lieux sur les droits des personnes malentendantes au travail et les moyens d’action pour les défendre.

Le cadre légal de protection des personnes malentendantes

En France, la loi handicap de 2005 a instauré un cadre juridique visant à garantir l’égalité des chances et l’autonomie des personnes en situation de handicap, dont les personnes malentendantes. Cette loi impose notamment aux employeurs de prendre en compte les besoins spécifiques des travailleurs handicapés, en termes d’aménagement du poste de travail, de formation ou encore d’accessibilité.

L’obligation d’emploi des travailleurs handicapés

Les entreprises de plus de 20 salariés sont soumises à une obligation d’emploi de travailleurs en situation de handicap, fixée à 6% de l’effectif total. Les employeurs peuvent répondre à cette obligation en recrutant directement des personnes handicapées, mais aussi en ayant recours à la sous-traitance auprès d’établissements spécialisés ou en versant une contribution financière à l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle).

Le droit à l’aménagement raisonnable du poste de travail

Les employeurs ont l’obligation de mettre en place des aménagements raisonnables pour permettre aux personnes malentendantes d’exercer leur activité professionnelle dans les meilleures conditions possibles. Ces aménagements peuvent concerner, par exemple, la fourniture d’équipements adaptés (amplificateurs de son, boucle magnétique, etc.), la mise à disposition d’un interprète en langue des signes ou encore la réalisation de travaux pour améliorer l’acoustique des locaux.

A lire aussi  Porter plainte sans preuve réelle : comment agir et quelles conséquences ?

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH)

Pour bénéficier des mesures prévues par la loi en faveur des travailleurs handicapés, les personnes malentendantes doivent obtenir une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Cette démarche est à effectuer auprès de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et permet notamment d’accéder à un accompagnement personnalisé dans le cadre du parcours professionnel.

Les recours en cas de discrimination

Si une personne malentendante estime être victime de discrimination au travail en raison de son handicap, elle peut saisir le Défenseur des droits, qui a pour mission de lutter contre les discriminations et de promouvoir l’égalité. Par ailleurs, il est également possible d’engager une action en justice devant le conseil de prud’hommes ou le tribunal administratif, selon la nature du litige.

Les aides et dispositifs d’accompagnement à l’emploi

Plusieurs dispositifs sont mis en place pour faciliter l’accès à l’emploi des personnes malentendantes, tels que les emplois accompagnés, qui proposent un suivi personnalisé par un référent emploi ou encore les Cap Emploi, structures spécialisées dans l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés. Par ailleurs, des aides financières peuvent être accordées pour soutenir l’embauche de personnes malentendantes, comme le contrat de professionnalisation ou la prime à l’insertion professionnelle.

En somme, les droits des personnes malentendantes au travail sont protégés par la loi et diverses mesures existent pour favoriser leur insertion professionnelle. Il est essentiel que les employeurs, les salariés et les acteurs de l’emploi se mobilisent pour faire respecter ces droits et œuvrer en faveur d’une meilleure inclusion des personnes malentendantes dans le monde du travail.

A lire aussi  Les règles essentielles en matière d'hygiène alimentaire : protégez votre santé et celle de vos proches